fbpx
skip to Main Content
Golf Et Affaires – Iniquité Fiscale à Corriger

Golf et affaires – Iniquité fiscale à corriger

Les parcours de golf vivent tous une réalité au Québec; ils sont de plus en plus désertés par les gens d’affaires depuis que les dépenses ne peuvent plus être soustraites d’impôt. Et c’est le cas tant pour petits clubs que pour les plus prestigieux, comme celui du Fairmont Manoir Richelieu dans Charlevoix qui relève ce défi en innovant vers de nouvelles clientèles.
Jean-Philippe Moffet, directeur du club du Manoir Richelieu, admet que certains défis frappent l’industrie du golf. Les entreprises ne peuvent pas soustraire d’impôt les droits de jeu de golf comme ils peuvent toujours le faire pour le hockey ou d’autres divertissements comme les journées de ski ou les billets de concerts.
Évidemment, les clubs de golf en ressentent les conséquences et doivent recruter de nouvelles clientèles. « Nous avons toujours conservé un certain créneau d’activités avec la portion des congrès d’affaires et nous poursuivons constamment nos efforts de développement de ce côté. Nous avons des forfaits golf et affaires exclusifs mais nous développons des forfaits familiaux et autres qui doivent convenir à la population d’aujourd’hui », explique-t-il.
Le club du golf Fairmont du Manoir Richelieu peut aisément tirer son épingle du jeu grâce à sa proximité avec l’hôtel de Charlevoix et à son parcours renommé comme l’un des plus beaux en Amérique du Nord.
Moffet s’avoue privilégié mais il ne crie pas victoire pour autant. « Nous sommes constamment à l’affut des nouvelles tendances et nous nous adaptons. Nous sommes surtout à l’écoute des besoins et des demandes des groupes d’affaires et des entreprises et nous souhaitons répondre à leurs attentes », confie-t-il.
Certains fiscalistes, comme ceux de la firme Raymond Chabot Grant Thornton, admettent qu’il y a iniquité envers l’industrie du golf au niveau fiscal, a récemment publié La Presse.
Mais au-delà de ce fait, M. Moffet pense que les clubs de golf n’ont pas à se fier à la loi de l’impôt pour équilibrer leur budget et qu’ils doivent innover pour assurer leur pérennité.
 
Cet article provient de chefs-entreprises.ca

This Post Has 0 Comments

Leave a Reply

Your email address will not be published. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

en_CAEnglish (Canada)