fbpx
skip to Main Content

Google à nouveau accusé d'abus et visé par trois enquêtes

La Commission européenne a ouvert jeudi une troisième brèche contre le géant américain de l’internet Google, l’accusant cette fois de position dominante dans ses pratiques publicitaires.

L’entreprise de Mountain View est désormais visée par trois enquêtes de Bruxelles pour pratiques anticoncurrentielles sur trois sujets différents: une situation sans précédent dans l’histoire de l’UE.
Jeudi, l’exécutif européen lui a adressé une «communication des griefs» –l’équivalent d’un acte d’accusation dans le jargon bruxellois -, lui «reprochant d’avoir abusé de sa position dominante en limitant artificiellement la possibilité, pour les sites web tiers, d’afficher les publicités contextuelles émanant de concurrents».
Le même jour, la Commission européenne a complété une accusation déjà formulée en avril 2015, selon laquelle Google a abusé de sa position dominante en favorisant systématiquement son service de comparaison de prix dans ses pages de résultats.  À ces deux fronts, s’ajoute un troisième, ouvert le 20 avril dernier, concernant le système d’exploitation et les applications Android. Bruxelles accusait Google d’obliger les fabricants de smartphones utilisant son logiciel de pré-installer ou de privilégier certains de ses services sur leurs appareils.
Dans chacun des trois cas, Google pourrait recevoir une amende allant jusqu’à 10% de son chiffre d’affaires.
 
Un porte-parole de l’exécutif européen a toutefois précisé qu’«on ne peut spéculer sur le montant (de l’amende) actuellement». «Cela dépend du comportement anticoncurrentiel de l’entreprise ainsi que de la durée du comportement», a-t-il souligné.
Jusqu’ici, l’entreprise la plus lourdement sanctionnée par l’UE est le géant américain des logiciels, Microsoft: en moins d’une décennie, il a dû payer environ deux milliards d’euros.
Google doit désormais répondre aux trois accusations à la fin de l’été:
– Pour Android: la date-limite est le 7 septembre, la firme ayant demandé un nouveau délai pour étoffer sa réponse.
– Pour le comparateur de prix, Google dispose de huit semaines à compter de ce jeudi, et pour les pratiques publicitaires, de dix semaines.
«Certaines personnes ont annulé leurs vacances» pour préparer la défense, indiquait-on jeudi dans l’entourage du groupe américain.

 
Source: lapresse.ca

This Post Has 0 Comments

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

en_CAEnglish (Canada)