fbpx
skip to Main Content

Pourquoi les avocats n'aiment-ils pas leur travail?

Les avocats ont généralement un bon revenu et une visibilité particulière. Alors pourquoi beaucoup d’entre eux, des jeunes pour la plupart, semblent peu motivés par leur pratique?
lg.php?bannerid=100&campaignid=34&zoneid=32&loc=http%3A%2F%2Fwww.droit inc.com%2Farticle18003 Pourquoi les avocats n aiment ils pas leur travail&referer=http%3A%2F%2Fwww.droit inc.com%2Ftiki list articles
 

Me Allison J. Spiegel, avocate chez Speigel Nichols Fox, cabinet boutique de Mississauga en Ontario, tente de répondre à la question dans un article du Globe and Mail. Elle énumère ainsi les principales raisons qui, à son avis, sont à l’origine de ce phénomène.
 

1. La rémunération à l’heure plutôt qu’au résultat

La créativité est souvent mise de côté dans les services rendus, maintient l’avocate, parce que l’accent est davantage mis sur la quantité d’heures et non sur leur qualité. Or, c’est justement la qualité, et non le nombre, que recherche un client.
Dans cette optique, un étudiant qui a obtenu 70% ne demandera pas une meilleure note simplement parce qu’il a étudié plus longtemps qu’un autre qui a eu 90%! Après avoir été encouragés, comme étudiants, à obtenir les meilleurs résultats possibles, les avocats sont à présent incités à facturer le plus d’heures possibles, déplore Me Spiegel.

2. La pression à facturer le plus d’heures possible

Au sein du régime de la facturation à l’heure, il n’y a que deux moyens pour augmenter les revenus d’un cabinet : augmenter le tarif horaire ou augmenter les heures effectuées. Comme le tarif horaire a rapidement des limites, on exige souvent des avocats de faire davantage d’heures, ce qui se traduit par une perte de temps à passer à l’extérieur du travail.

3. Le désintérêt pour les heures non facturables

Le travail au sein d’un cabinet d’avocats ne se réduit pas qu’aux dossiers des clients : il faut également consacrer du temps au marketing et au développement des affaires. Ces heures sont indirectement négligées par les firmes au profit, encore une fois, du temps passé sur les dossiers.
Autre problème : les périodes d’apprentissage ne rapportant rien non plus, elles sont souvent mises de côté. Les avocats juniors sont considérés plus efficaces dans la recherche et la révision de documents, parce que ce travail rapporte des revenus, selon Me Spiegel; on néglige alors de les faire venir à la cour ou d’assister à des rencontres avec des clients.

4. Une compétition malsaine pour devenir associé

S’il est normal et bon qu’il y ait une compétition pour être nommé associé, il ne faut pas que cela dépende uniquement du temps accordé aux dossiers, indique Me Spiegel. Trop souvent, certains avocats juniors sont tentés de poursuivre leur travail jusqu’à des heures impossibles…et leur qualité de vie s’en ressent.

5. Le désavantage de ces conditions pour les femmes

Statistiquement, les femmes passent encore davantage de temps à s’occuper des charges familiales. Et dans ces circonstances, elles sont donc souvent désavantagées dans un système où le succès est mesuré à la quantité d’heures facturées, croit Me Spiegel.
L’avocate soulève donc, encore une fois, la possibilité de réformer le mode de facturation. Rester au travail jusqu’à trois heures dans la nuit ne serait ainsi plus vu comme une bonne chose; réussir à régler un dossier en un temps record le serait davantage.

Cet article provient de droit-inc.com
This Post Has 0 Comments

Leave a Reply

Your email address will not be published. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

en_CAEnglish (Canada)